Notre histoire de 1815 à 2016

Le règne de Napoléon 1er se termine, et la ville de Saint-Etienne se prépare à connaître une forte expansion; elle va doubler sa population en 30 ans et la quadrupler bien avant la fin du siècle. Nous sommes en 1815, un an avant la création de l’Ecole des Mines, 8 ans avant l’ouverture de la première ligne de chemin de fer, car le train est né dans la Loire. La région stéphanoise vit depuis longtemps du textile et de l’armurerie; c’est le charbon qui va lui assurer un développement spectaculaire.

C’est au cours de cette année 1815, qu’une personne sourde, David COMBERRY crée une école pour les sourds-muets. En France, c’est une des premières du genre. Cette école est mixte. Il la dirigera pendant 9 ans, avant d’aller créer une autre école à Lyon.

1824
Le relais est pris par un autre directeur, Mr DANIEL. L’école est fermée 5 ou 6 ans plus tard.
1830
Une école de filles sourdes-muettes est créée, dirigée par une congrégation (les Sœurs St Charles).
1831
L’école de sourds-muets de St-Etienne resurgit, grâce à la ténacité de Marguerite MIRANDON qui la dirigera jusqu’à son décès, en 1842.
1834
Les Frères des Ecoles Chrétiennes prennent le relais. Arrivés à St-Etienne en 1805, ils créeront 19 écoles dans la ville, au cours des décennies suivantes. En 1854, l’Institution des Sourds Muets quitte le quartier Jacquard, pour s’installer sur une des collines qui surplombe le centre ville, au 40 rue Franklin.
1854
L’Institution prend un essor remarquable. Les bâtiments sont agrandis. Vers 1860, des formations professionnelles sont créées: reliures, cordonnerie, serrurerie.
1881
Au niveau national, au cours du Congrès de Milan, la langue des signes est interdite. Cette interdiction sera levée progressivement un siècle plus tard.
1925
Les institutions pour sourds se regroupent et s’organisent. C’est la naissance de la F.I.S.A.F. (voir cette rubrique), la fédération nationale des établissements pour déficients sensoriels.
1975
Les premières intégrations scolaires sont réalisées. Elles ont lieu au Lycée Sainte Barbe, voisin immédiat de l’Institut. Elles permettent aux élèves de suivre une formation technique, après le collège.
1990
Les Frères quittent ce qui est devenu l’Institut Plein Vent. Un seul d’entre eux restera jusqu’en 1995, assurant l’audiométrie.
1993
Le S.S.E.F.I.S. est créé. Il permettra aux enfants sourds de continuer à fréquenter l’école de leur village ou de leur quartier, puis le collège, en intégration individuelle. Le S.S.E.F.I.S. leur apporte l’accompagnement nécessaire. Il est aussi un appui pour les parents, et pour les enseignants qui accueillent un enfant ou un jeune sourd dans leur classe.
1995
Les classes de niveau collège s’intègrent à un collège de St-Etienne, le collège du Puits de la Loire.